Logo eBalzac

Madame de Beauséant a abdiqué son titre de reine du faubourg Saint-Germain le jour où elle a été abandonnée par le marquis d’Ajuda-Pinto. Réfugiée à Courcelles, en Basse-Normandie, et quasiment murée dans son château, son histoire fait d’elle un mythe dans la région et attise la curiosité de Gaston du Nueil qui fera tout pour la rencontrer.

Bibliographie sélective

  • Madeleine Ambrière, « Sur la route des Chouans et de La Femme abandonnée. Tableaux d’une vie privée », L’Année balzacienne, 1962, p. 51-66.
  • Janis Glasgow, Une esthétique de la comparaison : Balzac et George Sand. La Femme abandonnée et Metella, Paris, Nizet, 1978.
  • Anne-Marie Meininger, « La Femme abandonnée, L’Auberge rouge et la duchesse d’Abrantès », L’Année balzacienne, 1963, p. 65-81.
  • Nathalie Solomon, « Étude de femme, La Femme abandonnée : les faux-semblants de l’argumentation balzacienne », dans G. Philippe, Récits de la pensée. Études sur le roman et l’essai, Paris, Sedes, 2000, p. 195-202.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeur : Maxime Perret
  • Correction OCR : Dimitri Julien
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier