Logo eBalzac

Le colonel Chabert est censé être mort à Eylau. Un jour, il réapparaît à Paris et sollicite une entrevue avec l’avoué Derville. L’ancien colonel de la Grande Armée espère que l’avoué saura régler son litige avec son épouse qui, en son absence et l’ayant cru mort, s’est remariée avec le comte Ferraud, laissant Chabert sans ressources.

Bibliographie sélective

  • Max Andréoli, « Littérature et cinéma : la troisième mort d’Hyacinthe Chabert », L’Année balzacienne, 1997, p. 325-357.
  • Max Andréoli, « La politique rationnelle selon Balzac. Esquisse d’une description synchronique », L’Année balzacienne, 1980, p. 7-35.
  • Jacques Cardinal, « Perdre son nom : identité, représentation et vraisemblance dans Le Colonel Chabert », Poétique, 135, 2003, p. 307-332.
  • Joëlle Gleize, « Re-construire l’histoire : Le Colonel Chabert », dans N. Mozet et P. Petitier, Balzac dans l’Histoire, Paris, SEDES, 2001, p. 223-235.
  • Michael Lastinger, « The CAPital Letter : Balzac’s Le Colonel Chabert and the Name of a Rose », Nineteenth Century French Studies, 30, 1-2, 2001, p. 39-57.
  • Sâm Le-Hong, « Chabert, miroir possible de tous les temps et de tous les pays », dans L. Frappier-Mazur (éd.), Genèses du roman : Balzac, Sand, Amsterdam, Rodopi, 2004, p. 119-129.
  • Marcelle Marini, « Chabert mort ou vif », Littérature, 13, 1974, p. 92-112.
  • André Vanoncini, « Les destins de l’énergie dans Le Colonel Chabert », dans L. Frappier-Mazur et J.-M. Roulin (éd.), L’Érotique balzacienne, Paris, SEDES, 2001, p. 117-124.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeur : Maxime Perret
  • Correction OCR : Dimitri Julien
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier