Logo eBalzac

À Nemours, les héritiers du docteur Minoret attendent l’héritage avec une impatience non dissimulée. Ils jalousent et craignent Ursule Mirouët, jeune orpheline qui se trouve sous la protection du docteur, son parrain, du curé de Nemours, du capitaine de Jordy et du juge de paix Bongrand. Un jour, Ursule tombe amoureuse de Savinien de Portenduère.

Bibliographie sélective

  • Robert Amadou, « Balzac et Saint-Martin », L’Année balzacienne, 1965, p. 35-60.
  • Anne-Marie Baron, « Mélodrame et feuilleton : la revendication théâtrale dans Ursule Mirouët », dans Cl. Duchet et I. Tournier (éd.), Balzac. Œuvres complètes. Le Moment de La Comédie humaine, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1993, p. 243-256.
  • Claudie Bernard, « La dynamique familiale dans Ursule Mirouët de Balzac », French Forum, 24, 2, 1999, p. 179-202.
  • Pierre Laforgue, « Ironie et athéisme, ou matérialisme, esprit et calembour dans Ursule Mirouët », dans É. Bordas, Ironies balzaciennes, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot, p. 31-40.
  • John Homayaoun Mazaheri, « La conversion du docteur Minoret dans Ursule Mirouët », Les Lettres romanes, LV, 2001, p. 53-66.
  • Nicole Mozet, « Ursule Mirouët ou le test du bâtard », dans Cl. Duchet et I. Tournier (éd.), Balzac. Œuvres complètes. Le Moment de La Comédie humaine, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1993, p. 217-228.
  • Michel Nathan, « Religion et roman : à propos de Ursule Mirouët », dans Cl. Duchet et J. Neefs (éd.), Balzac. L’Invention du roman, Paris, Belfond, 1982, p. 85-98.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeurs : Tania Duclos et Maxime Perret
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier