Logo eBalzac

Eugénie Grandet est le meilleur parti de Saumur : la grande bourgeoisie se dispute l’alliance avec cette jeune fille dont la dot est exceptionnelle. Un jour, Charles, le cousin d’Eugénie, arrive de Paris chez son oncle et trouble la paisible régularité des habitudes de la vie de province.

Bibliographie sélective

  • Ruth Amossy, « La configuration du dandy dans Eugénie Grandet », L’Année balzacienne, 1975, p. 247-261.
  • Ruth Amossy et Elisheva Rosen, « Les “clichés” dans Eugénie Grandet, ou les “négatifs” du réalisme balzacien », Littérature, 25, 1977, p. 114-128.
  • Max Andréoli, « À propos d’une lecture d’Eugénie Grandet : science et intuition », L’Année balzacienne, 1995, p. 9-38.
  • Pierre-Georges Castex, « Aux sources d’Eugénie Grandet : légende et réalité », Revue d’histoire littéraire de la France, 64, 1964, p. 73-94.
  • Pierre-Georges Castex, « L’ascension de M. Grandet », Europe, 1965, p. 247-263.
  • Philippe Dufour, « Les avatars du langage dans Eugénie Grandet », L’Année balzacienne, 1995, p. 39-61.
  • John Gale, « Le jardin de monsieur Grandet », L’Année balzacienne, 1981, p. 193-203.
  • Roland Le Huenen et Paul Perron, « Le signifiant du personnage dans Eugénie Grandet », Littérature, 1974, p. 36-48.
  • Roland Le Huenen et Paul Perron, « Le système des objets dans Eugénie Grandet », Littérature, 1977, p. 94-119.
  • Jean-Luc Seylaz, « Une scène de Balzac : le transport de l’or dans Eugénie Grandet », L’Année balzacienne, 1980, p. 61-67.
  • Jacqueline Winkler-Boulenger, « La durée romanesque dans Eugénie Grandet », L’Année balzacienne, 1973, p. 74-87.

Crédits

Les éditions eBalzac sont réalisées sous la direction d’Andrea Del Lungo, Jean-Gabriel Ganascia et Pierre Glaudes.

Furne corrigé

  • Éditeurs : Tania Duclos et Maxime Perret
  • Établissement du texte : Tania Duclos
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier