Logo eBalzac

La Fille aux yeux d’or

Henri de Marsay règne sur Paris ; homme excessivement supérieur, il a soif de nouvelles jouissances. Il rencontre par hasard une mystérieuse jeune fille, Paquita Valdès, dont il tombe éperdument amoureux.

Bibliographie sélective

  • Éric Bordas, « La composition balzacienne dans Ferragus et La Fille aux yeux d’or : de la négligence à l’ambivalence », Orbis Litterarum, 49, 1994, p. 338-347.
  • Véronique Bui, « Balzac/Delacroix : du pinceau à la plume. La dédicace au peintre comme art poétique », dans J.-M. Bailbé (éd.), Couleurs, musiques et reflets littéraires, Rouen, Université de Rouen, p. 45-54.
  • Pierre Charreton, « À propos du Paris de Balzac : le principe de l’identité des contraires comme structure de l’imaginaire dans La Fille aux yeux d’or », Travaux, VII, 1974, p. 61-67.
  • Juliette Frølich, « Une phrase/un récit : le jeu du feu dans La Fille aux yeux d’or de Balzac », Revue Romane, 1, 1979, p. 59-73.
  • Françoise Gaillard, « La cinétique aberrante du corps social au temps de Balzac », Littérature, 1985, p. 3-18.
  • Jeannine Guichardet, « Doublures historiques en scène parisienne », L’Année balzacienne, 1984, p. 307-325.
  • Jeannine Guidardet, « Attention : une femme peut en cacher une autre. La Fille aux yeux d’or au miroir de la Belle Noiseuse », dans L. Frappier-Mazur (éd.), Genèses du roman : Balzac et Sand, Amsterdam, Rodopi, 2004, p. 71-77.
  • Owen Heathcote, « Balzac entre fantaisie et fantasmes : l’exemple de La Fille aux yeux d’or », L’Année balzacienne, 2012, p. 181-199.
  • Maurice Laugaa, « L’effet Fille aux yeux d’or », Littérature, 20, 1975, p. 62-80.
  • André Lorant, « Proust et Balzac. Ultimes scènes de comédie », L’Année balzacienne, 1999, p. 395-416.
  • Chantal Massol, « Quod erat demonstrandum ? : argumentation et fiction dans La Fille aux yeux d’or de Balzac », Dix-neuf/Vingt. Revue de littérature moderne, 3, mars 1997, p. 15-37.
  • Nicole Mozet, « Les prolétaires dans La Fille aux yeux d’or », L’Année balzacienne, 1974, p. 91-119.
  • Nils Soelberg, « La narration de La Fille aux yeux d’or : une omniscience encombrante », Revue Romane, 2, 1990, p. 454-465.
  • André Vanoncini, « Les trompettes de 1789 et l’abattement de 1814 : moments du tableau parisien dans La Fille aux yeux d’or », L’Année balzacienne, 1990, p. 221-232.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeur : Maxime Perret
  • Corrections OCR : Michaela Bjuggfält-Châteaux
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier