Logo eBalzac

Le comte de La Palférine met au défi la danseuse Tullia de faire de son mari, du Bruel, vaudevilliste à succès, un comte et un pair de France. Il fait de cette promotion sociale la condition sine qua non pour accepter Tullia pour maîtresse.

Bibliographie sélective

  • Éric Bordas, « Un prince de la bohème ou l’érotisation de la narrativité », L’École des Lettres, janvier 2001, p. 63-75.
  • Chantal Massol, « Scénographie(s) d’Un prince de la bohème. Avatars de la nouvelle à l’âge de la démocratie littéraire », Poétique, 157, 2010, p. 89-109.
  • Sylvie Mioche, « Tullia, Mariette et Florentine : trois ballerines balzaciennes », L’Année balzacienne, 1987, p. 329-344.
  • Denis Slatka, « Sémiologie et grammaire du nom propre dans Un prince de la bohème », dans Cl. Duchet et J. Neefs (éd.), Balzac : l’invention du roman, Paris, Belfond, 1982, p. 235-256.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeurs : Tania Duclos et Maxime Perret
  • Établissement du texte : Tania Duclos
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier

Furne

  • Éditeurs : Tania Duclos et Maxime Perret
  • Établissement du texte : Tania Duclos
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Gallica – Bibliothèque nationale de France