Logo eBalzac

L’Envers de l’histoire contemporaine

États imprimés contrôlés par Balzac

Premier épisode

Musée des familles
Madame de La Chanterie, paru en quatre livraisons du Musée des familles, septembre 1842, septembre 1843, octobre 1844, novembre 1844.

Roux et Cassanet
La Femme de soixante ans, Paris, Roux et Cassanet, 1846, 3 vol.

Furne
L’Envers de l’histoire contemporaine, dans La Comédie humaine, Paris, Furne, 1846, t. XII, Études de mœurs, Scènes de la vie parisienne, p. 434-531.

Spectateur républicain
Madame de La Chanterie, paru dans des suppléments du Spectateur républicain des 29 et 30 juillet 1848, et dans le corps du journal le 31 juillet, avant la publication en feuilleton du deuxième épisode.

Furne corrigé
L’Envers de l’histoire contemporaine, dans La Comédie humaine, Études de mœurs, Scènes de la vie parisienne.

Deuxième épisode

Spectateur républicain
L’Initié, paru en feuilleton dans Le Spectateur républicain, les 1er, 3, 4, 5, 8, 9, 11, 12, 13, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 22, 23, 24, 26, 29 et 30 août ; 1er et 3 septembre 1848.

Furne corrigé
L’Envers de l’histoire contemporaine, dans La Comédie humaine, Études de mœurs, Scènes de la vie parisienne.

Godefroid, fils d’un commerçant ayant réussi à capitaliser une petite fortune, a fait des études de droit, mais échoue à devenir notaire, avocat ou quoi que ce soit d’autre. Il dilapide une grande partie de l’héritage familial avant de se retrouver pensionnaire de madame de La Chanterie, dans une rue proche de Notre-Dame. Il est bientôt initié aux habitudes et aux secrets de cette maison.

Bibliographie sélective

  • Renée Arlettaz, « Balzac, la duchesse d’Abrantès et les romans chouans de La Comédie humaine », L’Année balzacienne, 1975, p. 81-88.
  • Claire Barel-Moisan, « Écrire le politique : L’Envers de l’histoire contemporaine ou la tentation du roman à thèse », dans B. Lyon-Caen et M.-È. Thérenty (éd.), Balzac et le politique, Saint-Cyr-sur-Loire, Pirot, 2007, p. 203-215.
  • Loïc Chotard, « L’inscription des événements révolutionnaires dans La Comédie humaine », L’Année balzacienne, 1990, p. 61-73.
  • Gérard Gengembre, « La police dans La Comédie humaine ou l’envers du politique contemporain », dans B. Lyon-Caen et M.-È. Thérenty (éd.), Balzac et le politique, Saint-Cyr-sur-Loire, Pirot, 2007, p. 123-131.
  • Chantal Massol, « Corps naturels, corps politiques dans L’Envers de l’histoire contemporaine », dans B. Lyon-Caen et M.-È. Thérenty (éd.), Balzac et le politique, Saint-Cyr-sur-Loire, Pirot, 2007, p. 97-107.
  • Arlette Michel, « Signification spirituelle de L’Envers de l’histoire contemporaine : expiation et consolation », L’Année balzacienne, 1990, p. 329-344.
  • Alexandre Péraud, « Scénographies de l’envers dans L’Envers de l’histoire contemporaine », La Licorne, 56, 2001, p. 21-38.
  • Renée de Smirnoff, « Du Père Goriot à L’Initié : analogies et prolongements », L’Année balzacienne, 1989, p. 245-260.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeurs : Tania Duclos et Maxime Perret
  • Établissement du texte : Tania Duclos
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier

Furne

  • Éditeurs : Tania Duclos et Maxime Perret
  • Établissement du texte : Tania Duclos
  • Édition XML-TEI : Karolina Suchecka
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux, Karolina Suchecka
  • Images : Gallica – Bibliothèque nationale de France