Logo eBalzac

Paolo Gambara est un compositeur de génie incompris. Sa femme, Mariana, trouble le comte Andrea Marcosini qui se prend d’intérêt pour ce ménage. Il essaye de sauver le mari de sa folie, sans succès, et finit par enlever sa femme. Après cinq ans d’absence, Mariana revient au domicile conjugal et soutient une misère inconcevable jusqu’à ce que les Gambara obtiennent la protection de Massimilla Doni.

Bibliographie sélective

  • Max Andréoli, « Sublime et parodie dans les Contes artistes », L’Année balzacienne, 1994, p. 7-38.
  • Jean-Marie Bailbé, Le Roman et la musique sous la monarchie de Juillet, Service de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1969.
  • Jean-Pierre Barricelli, « Autour de Gambara. I. Balzac et Meyerbeer », L’Année balzacienne, 1967, p. 157-163.
  • Pierre Brunel, « Gambara, ou l’opéra ivre », Corps écrit, 1985, p. 133-139.
  • Matthias Brzoska, « Mahomet et Robert-le-Diable : l’esthétique musicale dans Gambara », L’Année balzacienne, 1983, p. 51-78.
  • Pierre Citron, « Autour de Gambara. II. Gambara, Strunz et Beethoven », L’Année balzacienne, 1967, p. 165-170.
  • F Claudon, « Balzac et Beethoven », L’Année balzacienne, 1971, p. 101-107.
  • Geneviève Delattre, « Andrea Marcosini et les tribulations du romancier dans Gambara », L’Année balzacienne, 1983, p. 79-91.
  • Aude Locatelli, « Gambara de Balzac : réalité et fiction musicales ou le procès gagné par l’esquisse contre le tableau fini », Frontières et passages : les échanges culturels et littéraires, Rouen, Presses de l’Université de Rouen, 1999, p. 485-491.
  • Anne Panchout, « Gambara et le Panharmonicon », dans L’Artiste selon Balzac : entre la toise du savant et le vertige du fou, Paris, Maison de Balzac, 1999, p. 190-198.
  • Anne-Marie Reboul, « L’écriture de la musique dans les Contes artistes de Balzac », Cuadernos de Filologia Francesa, 13, 2001, p. 63-78.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeur : Maxime Perret
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier