Logo eBalzac

La Duchesse de Langeais

Antoinette de Langeais, séparée corps et de cœur avec son mari, règne sur Paris et domine le faubourg Saint-Germain de tout son orgueil. Elle jette son dévolu sur le marquis de Montriveau, général d’Empire toujours en faveur sous la Restauration grâce à l’occulte pouvoir des Treize. La Duchesse de Langeais est l’histoire de leur amour.

Bibliographie sélective

  • Thierry Bodin, « Du côté de chez Sand. De La Duchesse de Langeais à La Muse du département : musique, couvent et destinée », L’Année balzacienne, 1972, p. 239-256.
  • Nathalie Buchet Rogers, « De 93 à l’Histoire des Treize : la Terreur de (Marie-)Antoinette de Langeais », Revue d’Histoire littéraire de la France, 2001-1, p. 51-69.
  • Michel Delon, « Le boudoir balzacien », L’Année balzacienne, 1998, p. 227-245.
  • Danielle Dupuis, « La Duchesse de Langeais : à la croisée des mythes », L’Année balzacienne, 2012, p. 243-253.
  • Francesco Fiorentino, « La Duchesse de Langeais et la critique de la passion romantique », L’Année balzacienne, 2000, p. 223-229.
  • Françoise Frangi, « Sur La Duchesse de Langeais. Un essai de lecture stylistique », L’Année balzacienne, 1971, p. 235-252.
  • Mireille Labouret, « Pavane pour une marquise défunte », L’Année balzacienne, 1997, p. 235-250.
  • Isabelle Michelot, « Le roman au risque du théâtre. Théâtralisation et réversibilité dans La Duchesse de Langeais », La Licorne, 56, 2001, p. 221-232.
  • Jacques Noiray, « Images de la machine et imaginaire de la femme chez Balzac », L’Année balzacienne, 1999, p. 177-188.
  • Éléonore Reverzy, « La Duchesse de Langeais : un romanesque de la séparation ? », L’Année balzacienne, 1995, p. 63-81.
  • André Vanoncini, « La Duchesse de Langeais ou la mise à mort de l’objet textuel », Travaux de littérature, IV, 1991, p. 209-215.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeur : Maxime Perret
  • Corrections OCR : Michaela Bjuggfält-Châteaux
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier