Logo eBalzac

Paris, 1830. Le jeune Raphaël de Valentin perd son dernier sou au jeu. Alors qu’il envisage le suicide, il entre par hasard chez un antiquaire qui lui offre une « peau de chagrin », mystérieux talisman auquel est désormais liée la vie de Raphaël. En sortant de la boutique, le jeune homme tombe nez à nez avec trois de ses amis qui le replongent dans le monde parisien.

Bibliographie sélective

  • Pierre Barbéris, « L’accueil de la critique aux premières grandes œuvres de Balzac », L’Année balzacienne, 1968.
  • Claude Duchet (éd.), Balzac et La Peau de chagrin, Paris, SEDES, 1979.
  • Arlette Michel, « Le pathétisme balzacien dans La Peau de chagrin, Histoire des Treize, Le Père Goriot », L’Année balzacienne, 1985.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeurs : Tania Duclos et Maxime Perret
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier